Afficher tout Émission Doublage Sous-titre Les chaînes

Covid-19: un autre virus à Wuhan - Afghanistan, Chine, Etats-Unis : 2e partie - CO2 et climat

Publié le 27 Aug 2021

Partager cette vidéo
Partager cette vidéo

Des échantillons des premiers patients atteints du COVID à Wuhan fin 2019 contenaient également le virus Henipah génétiquement modifié, l'un des deux types de virus envoyés par un laboratoire canadien à l’institut de virologie chinois.

Le Laboratoire national de microbiologie – NML – à Winnipeg est le seul laboratoire de niveau 4 du Canada.

Il avait des liens avec l'Institut de virologie de Wuhan avant la pandémie, ce qui n’est pas une nouvelle.

Cependant, des échantillons des premiers patients atteints du coronavirus à Wuhan montrent la présence du virus Henipah génétiquement modifié.

Et le virus Henipah était l'un des deux types de virus que le laboratoire canadien a envoyés au laboratoire de Wuhan en mars 2019.

La preuve a été découverte pour la première fois par le scientifique américain Steven Quay, ancien membre du corps professoral de l’école de médecine de l’Université de Stanford.

Joe Wang, ancien responsable d’un programme de développement de vaccins contre le SRAS à Toronto, a déclaré qu'il était capable de reproduire les conclusions de Quay sur le virus Nipah.

Wang a également dit que la manipulation génétique de l'agent pathogène servait probablement pour le développement d'un vaccin.

Dans la précédente vidéo, je vous parlais de l’implication de la Chine aux côtés des Talibans, depuis le début des années 80 jusqu’à aujourd’hui.

Regardons maintenant certaines des motivations qui ont pu amener un tel soutien.

Un aspect majeur pour la Chine vient des abondantes ressources minérales du pays, qui valent entre 1 000 et 3 000 milliards de dollars.

Le régime chinois est un acteur de premier plan dans la production d'éoliennes et de batteries pour véhicules électriques.

Le régime rachète des champs miniers afin de dominer les chaînes d'approvisionnement mondiales.

En 2007, la société minière d'État chinoise MCC a acheté les droits miniers pour 100 milliards de dollars à Mes Aynak, en Afghanistan, une zone proche des bastions des talibans.

L'ancien secrétaire d'État Mike Pompeo a fait plusieurs commentaires sur la situation en Afghanistan.

L'administration Trump a négocié pour la première fois un accord de retrait avec les talibans en février de l'année dernière.

À partir de ce moment-là et jusqu'à l'entrée en fonction de Biden, les troupes américaines en Afghanistan avaient été réduites de 83 %, passant de 15 000 à 2 500.

Mais les conditions n’étaient pas suffisamment favorables aux yeux de l'administration précédente pour descendre à zéro.

Dans le cadre de l'accord, l'administration Trump a accepté de libérer 5 000 soldats talibans de prison.

Alors que les États-Unis respectaient le pacte, les talibans ont rompu
...
https://www.youtube.com/watch?v=oOFeMNnE...