Afficher tout Émission Doublage Sous-titre Les chaînes

Biden, Obama et la "collusion russe"... "C'est celui qui dit qui l'est!"

Publié le 23 Apr 2021

Partager cette vidéo
Partager cette vidéo

Une vidéo un peu spéciale et plus longue que d'habitude, mais nécessaire pour comprendre pourquoi le discours anti-Trump de collusion russe est une supercherie... tout autant que l'agressivité et les sanctions inoffensives de Biden contre la Russie...

Dans une interview télévisée, Joe Biden a qualifié Vladimir Poutine de tueur, ce à quoi le président russe a répondu avec une boutade : « C’est celui qui dit qui l’est ! »

Le président Donald Trump, bien qu’innocenté par l’enquête Mueller, a été constamment accusé de collusion avec la Russie lors de son mandat et ces accusations sont toujours actives aujourd’hui.

Selon Trump, ces accusations auraient eu pour principal intention de détourner l’attention de la menace chinoise : toujours cibler la Russie pour ne jamais avoir à parler de la Chine.

Quoi qu’il en soit, en suivant le conseil de Vladimir Poutine, regardons de plus près les relations de Biden et d’Obama avec la Russie, tout au long de leur carrière.

"Joe Biden doit sa carrière politique au CLW, une organisation créée par l’agent soviétique Leo Szilard, soutenu par l'argent d'Al Gore Sr., qui à son tour était financé par le meilleur et célèbre ami de l'Union soviétique aux Etats-Unis, le milliardaire Armand Hammer, propriétaire d’Occidental Petroleum ."

Juste après l'élection d'Obama à la présidence le 15 novembre 2008, Sam Webb, alors président du Parti communiste américain, a déclaré à ses camarades de parti:

«La gauche peut et doit faire valoir ses propres points de vue et être en désaccord avec Obama sans être désagréable. Son ton doit être respectueux : Nous parlons à un ami.»

Le jeune Obama, alors qu'il avait seulement 10 ans, a été présenté au poète hawaïen Frank Marshall Davis par son grand-père maternel.

Davis était membre du Parti communiste américain et soupçonné par le FBI d'espionnage pour l'Union Soviétique.

L’autobiographie de Barack Obama de 1995, Les rêves de mon père, contient plusieurs exemples des conseils reçus par Obama de Frank Marshall Davis:

Page 96 à 98, par exemple, quand la grand-mère d’Obama a du mal à convaincre le jeune Obama, toxicomane, de postuler à l'université, c'est à nouveau Frank Marshall Davis qui parvient à convaincre Obama que l'université est nécessaire.

page 91 - Davis a dit à Obama que les Noirs «ont une raison de haïr [les Blancs)».

Obama a expliqué comment il suivait les conseils de Davis:

page 100 - "J’ai choisi mes amis avec soin. Les étudiants noirs les plus politiquement actifs. Les étudiants étrangers. Les Chicanos. Les professeurs marxistes, les féministes structurelles et les poètes de la performance punk-rock."

Dans un article de Toby Harnden publié dans le
...
https://www.youtube.com/watch?v=0Vdiqg2t...